Ajax loader
Herbert von Karajan und Mistlav Rostropovitch bei den Salzburger Festspielen / Foto, 1969
Von oben gesehen durch die Decke des Festspielhauses: Herbert von Karajan und Mistlav Rostropovitch mit den Wiener Philharmonikern proben Tschaikowsys Roccoco-Variationen...
von 1
Öffne Lightbox
Le Festival de Salzbourg
Marion Kalter a pris sa première photo au Festival de Salzbourg à l’âge de 18 ans : sur les conseils d’une amie avisée, elle a franchi une porte secrète entre la petite et la grande salle du Festspielhaus, la menant juste au dessus de la scène où répétait Herbert von Karajan. Par une petite ouverture dans le plafond, elle a pris l'instantané ci-contre, une vue inédite du grand maître au travail.
C’était le coup d’envoi d’un travail photographique mené de manière systématique depuis 1984 : Aucun recoin de ce haut lieu de la musique qui ne lui soit pas familier, Marion Kalter est « chez elle » dans les salles de concert comme dans les coulisses et les chefs d’orchestre, les cantatrices, les metteurs en scène semblent accoutumés de sa présence.
Une autorisation qui lui avait été accordée en 1992 par Gerard Mortier, alors directeur artistique du festival, de circuler librement dans tous les espaces a permis à la photographe de retrouver, de manière légitime cette fois-ci, cette perspective initiale - lui donnant la vue sur les artistes pendant les répétitions, dans les loges, avant le lever du rideau.
Marion Kalter dit vouloir découvrir les « ingrédients », comme pour une bonne recette culinaire, qui permettent d’arriver à une qualité d’un tel niveau musical. Il en résulte des photos d’une grande spontanéité et authenticité qui offrent au spectateur la sensation de se glisser comme une souris dans les cuisines du Festival de Salzbourg qui fête ces 100 ans cette année.